Les collections

7 citoyens privés qui ont payé pour devenir des touristes de l'espace

7 citoyens privés qui ont payé pour devenir des touristes de l'espace

À la fin des années 1990, Richard Garriott avait gagné beaucoup d'argent dans le secteur des jeux vidéo. En 1979, Garriott, 18 ans, a créé le jeu Akalabeth pour les ordinateurs Apple, et il l'a vendu dans des sacs Ziploc à l'arrière du magasin ComputerLand où il travaillait. Akalabeth est considéré comme le premier jeu de rôle informatique publié.

CONNEXES: VOTRE PROCHAINE DESTINATION DE VACANCES POURRAIT ÊTRE LA STATION SPATIALE INTERNATIONALE

Garriott a ensuite créé le Ultima série de jeux informatiques sous sa propre société de jeux, Origin Systems. En septembre 1992, Garriott a vendu Origin à Electronic Arts pour 30 millions de dollars, et cet argent a donné une idée à Garriott.

"Lord British"

Garriott est né à Cambridge, en Angleterre, tandis que son père, Owen, était en congé sabbatique. Owen Garriott était un ingénieur électricien et un astronaute de la NASA qui a passé 60 jours à bord de la station spatiale Skylab en 1973, puis 10 jours à bord du Spacelab-1 en 1983 lors d'une mission de la navette spatiale.

CONNEXES: VAUT-IL LA VALEUR? LES COÛTS ET LES AVANTAGES DE L'EXPLORATION SPATIALE

Richard s'est adressé à la NASA et à l'Agence spatiale fédérale russe, actuellement connue sous le nom de Roscosmos, avec la question: pourrait-il acheter un siège sur l'une de leurs fusées pour un voyage à la Station spatiale internationale, et bien sûr, un siège arrière?

La réponse de la NASA était quelque chose comme: «Perdez-vous», tandis que la réponse de l'Agence spatiale russe était un peu la même, mais avec une mise en garde: les Russes ont déclaré qu'il leur en coûterait des millions de dollars pour effectuer une étude pour déterminer combien facturer un potentiel. «touriste de l'espace».

Garriott a répondu qu'il déterminerait ce chiffre, et pour ce faire, en 1998, il a formé la société Space Adventures avec Eric C. Anderson à sa tête. Space Adventures a déterminé que le montant que l'Agence spatiale russe devait facturer était de 20 millions de dollars, et Garriott a rapidement accumulé ce montant.

Un revers

Cependant, dans le buste dot.com du début des années 2000, la fortune de Garriott en a pris un coup et il a été contraint d'abandonner. Au lieu de cela, sa place a été prise par le gestionnaire d'investissement américain Dennis Tito.

Tito aurait peut-être fait son argent sur les actions, mais son expérience était fermement dans les étoiles. Il a obtenu son baccalauréat en astronautique et aéronautique de l'Université de New York et une maîtrise ès sciences en ingénierie du Rensselaer Polytechnic Institute.

Après s'être entraîné aux côtés d'autres cosmonautes au centre de formation des cosmonautes Yuri Gagarin à Star City, en Russie, Tito a volé sur le vol Soyouz TM-32 en avril 2001.

Le prochain client de Space Adventures à voler était un homme d'affaires anglais / sud-africain Mark Shuttleworth. En 1995, Shuttleworth avait fondé Thawte Consulting, spécialisée dans les certificats numériques et la sécurité Internet. En décembre 1999, Thawte a été acquis par VeriSign, et Shuttleworth a gagné 575 millions de dollars.

Avant son vol à bord du vol Soyouz TM-34 le 25 avril 2002, Shuttleworth a subi près de huit mois de formation et d'examens médicaux. La formation comprenait un programme d’orientation d’une semaine au Johnson Space Center de la NASA à Houston, un vol en apesanteur, une formation sur les centrifugeuses et des cours sur les systèmes de communication, de guidage et de contrôle des engins spatiaux au centre de formation des cosmonautes de Gagarine.

Troisième à voler était Gregory Olsen. Un terrible lycéen, Olsen a ensuite obtenu un doctorat. en science des matériaux. Olsen a fondé EPITAXX, un fabricant de détecteurs à fibre optique qui a été vendu en 1990 pour 12 millions de dollars. Il a ensuite fondé Sensors Unlimited, qui a été vendu à Finisar Corp. pour 600 millions de dollars en 2000.

Olsen a suivi plus de 900 heures de formation à Star City, en Russie et a lancé à bord du Soyouz TMA-7 le 1er octobre 2005. À bord de l'ISS, Olsen a participé à un programme de recherche préparé par l'Agence spatiale européenne qui a étudié la réponse du corps humain à l'environnement de microgravité. Olsen a également utilisé la radio amateur à bord de l'ISS pour discuter avec des lycéens du New Jersey et de New York.

Le quatrième à voler était Anousheh Ansari. Née en Iran, Anousheh a émigré aux États-Unis en 1984 et a obtenu des diplômes en génie électrique et en informatique.

En 1991, elle a épousé Hamid Ansari et, avec son frère Amir Ansari, ils ont cofondé Telecom Technologies, Inc. Alors que la déréglementation frappait l'industrie des télécommunications aux États-Unis, la société a connu un succès fulgurant.

Le 5 mai 2004, jour du 43e anniversaire du vol spatial suborbitaire d'Alan Shepard, Ansari a fait une contribution de plusieurs millions de dollars à la Fondation X PRIZE, qui a été rebaptisée Ansari X PRIZE en l'honneur de ce don.

La Fondation X Prize a offert un prix de 10 000 000 USD à la première organisation non gouvernementale qui pourrait lancer un vaisseau spatial réutilisable avec équipage humain dans l'espace deux fois en deux semaines. Inspiré des prix d'aviation du début du XXe siècle, il visait à stimuler le développement de vols spatiaux à bas prix.

Le prix a été remporté le 4 octobre 2004, à l'occasion du 47e anniversaire du lancement de Sputnik 1, par le projet Tier One, conçu par le célèbre concepteur d'aéronefs Burt Rutan et financé par le cofondateur de Microsoft Paul Allen, utilisant l'avion spatial expérimental. SpaceShipOne.

Anousheh Ansari a décollé sur Soyouz TMA-9 le 18 septembre 2006, et à bord de l'ISS, elle a mené quatre expériences pour l'Agence spatiale européenne qui comprenaient les conséquences du rayonnement spatial sur les membres d'équipage de l'ISS, et les différentes espèces de microbes qui ont fait le ISS leur maison.

À son atterrissage dans les steppes du Kazakhstan, Ansari a reçu des roses rouges par un responsable russe et a reçu un baiser de son mari Hamid.

À côté de voler était hongrois Charles Simonyi, et il n'a pas volé une seule fois, il a volé deux fois. Simonyi s'est intéressé pour la première fois aux ordinateurs quand, en tant qu'élève du secondaire, il a travaillé à temps partiel comme veilleur de nuit dans un laboratoire informatique à Budapest.

Diplômé en mathématiques et statistiques d'ingénierie de l'Université de Californie à Berkeley, Simonyi a commencé à travailler chez Xeros PARC, qui développait l'un des premiers ordinateurs personnels.

Une fois que Simonyi a obtenu son doctorat. de Stanford, il a été recruté par Microsoft Corporation, où il a supervisé le développement des applications Word et Excel très lucratives.

Simonyi a été lancé le 7 avril 2007 à bord du Soyouz TMA-10 et est revenu de la Station spatiale internationale le 21 avril 2007.

En mars 2009, Simonyi est retourné à l'ISS à bord du Soyouz TMA-14 et est revenu sur Terre à bord du Soyouz TMA-13. Pour ses deux missions, les objectifs de Simonyi étaient de faire progresser les vols spatiaux civils et d’impliquer les jeunes du monde dans la science des voyages spatiaux.

Richard se met enfin à voler

Le 12 octobre 2008, à bord du Soyouz TMA-13, Richard Garriott a enfin pu voler dans l'espace. En clin d'œil à sa naissance britannique, la combinaison de vol de Garriott incluait le drapeau britannique.

À son retour au Kazakhstan, Garriott a été rencontré par son père Owen, mais ils n'étaient pas le seul duo père / fils dans les steppes ce jour-là. En outre, il y avait le cosmonaute russe Aleksandr Volkov qui était là pour saluer son fils Sergey Volkov, faisant de Sergey et Richard les deux seuls astronautes / cosmonautes de deuxième génération.

Le voyage de Richard Garriott a été magnifiquement capturé dans le documentaire "Man on a Mission: Richard Garriott's Road to the Stars" qui est actuellement disponible en streaming sur le service Amazon Prime. Owen Garriott est décédé le 15 avril 2019, à l'âge de 88 ans.

Le 30 septembre 2009, le dernier des «touristes de l'espace» de Space Adventures, Guy Laliberte, a volé à bord du Soyouz TMA-16. Laliberte est le co-fondateur du Cirque du Soleil, qui présente actuellement des spectacles sur les cinq continents et emploie plus de 4 000 personnes. Laliberte a dédié son vol à la sensibilisation aux problèmes de l'eau auxquels l'humanité est confrontée.


Voir la vidéo: L incroyable île des milliardaires (Juillet 2021).